Episode 5 : Karaté Road Trip À Tokyo GENBUKAN - KARATE SHORIN RYU

Episode 5 : Karaté Road Trip À Tokyo GENBUKAN - KARATE SHORIN RYU

Le GENBUKAN est le nom du dojo où nous nous sommes entraînés la majorité de notre voyage. C’est un dojo de karaté Shorin Ryu, vraiment peu connu. Le karaté Shorin Ryu est un style purement Okinawaien. Il est très rare de rencontrer cette discipline dans la capitale nippone, qui eux sont plutôt des pratiquants de Shotokan. Le Dojo se situe à Tokorozawa, à environ 1 heure du centre de Tokyo. Le dojo se trouve dans une usine de gâteau donc autant dire qu’il faut connaître les lieux. Le Propriétaire SACO San, moine guerrier Shintô est venu faire des études de pâtisserie en France il y a 40 ans et a fait fortune grâce à l’enseignement des meilleurs pâtissiers français. Il fonde ce dojo il y a une quinzaine d’année, et reçoit tous les ans des groupes de pratiquants pour enrichir leur pratique martiale. Le gros avantage pour nous, occidentaux, est qu’il parle couramment le français. Le groupe, comme tous les ans, est mené par Monsieur Guy JUILLE qui guide les gaijin à travers TOKYO. Après un nombre incalculable de voyage à travers le Japon, Guy connaît Tokyo et ses mystères comme sa poche. Ancien Champion du monde de karaté, il est aujourd’hui l’un des plus gradés dans cette discipline.

 

Mais Parlons plutôt de ces lieux avec un escalier en colimaçon qui donne sur une petite entrée discrète. Nous ouvrons la porte, posons nos chaussures et enfilons nos petites pantoufles.  

Ce profil devant nous un long couloir blanc avec plusieurs portes. L’odeur de génoise chaude et onctueuse nous prend tout de suite au nez. Plusieurs personnes travaillent dans des bureaux pour la logistique de l’entreprise. Nous traversons le couloir silencieusement, afin d’atteindre les vestiaires qui servent aussi aux employés. La pièce regorge de kimono et ceinture noire usé de la célèbre marque Shureido. Trois petites marches et nous arrivons au dojo. Parquet très foncé et vernis, mur blanc. Cet espace est très épuré. Une armure de samouraï du clan des Takada trône au fond de la salle. Le logo de l’école prédomine dans la pièce. Les seuls objets sont un très vieux makiwara shureido recouvert de sang, quelques Bo et nunchakus de la même marque sont posés dans un angle. Nous y sommes, tout le monde était venu s’inspirer et respirer l’air ambiant de ce lieu. Pour nous, nous étions tous à la source même des Budos dans un lieu des plus traditionnel possible. Avec une atmosphère presque religieuse, je me suis empressé d’aller déposer mon ADN sur le makiwara presque comme pour signer mon passage. Les employés de l’usine ayant débauchés, ils passèrent de la blouse de travail au karaté gi, pour nous rejoindre sur le parquet afin de commencer le cours.

Leave a Reply

* Name:
* E-mail: (Not Published)
   Website: (Site url withhttp://)
* Comment:
Type Code